D’ici à 2010 Sonatrach consacrera près de 2 milliards de dollars aux activités Sécurité et Environnement

Sonatrach va consacrer 1,8 milliard de dollars d’ici à 2010 à l’activité Hygiène, Sécurité et Environnement (HSE) pour faire face notamment au phénomène d’empiètement des périmètres de canalisations d’hydrocarbures, a annoncé samedi le président du groupe, M. Mohamed Meziane.
Cette somme « est allouée au profit du volet HSE au titre du plan 2008 et du plan moyen terme 2008-2010 », a indiqué M. Meziane à l’ouverture de la conférence nationale de sensibilisation sur la réhabilitation des ouvrages de transport des hydrocarbures, en présence du ministre de l’Energie et des Mines, M. Chakib Khelil.

L’empiètement par différentes constructions des périmètres de protection des pipelines a pris ces dernières années des proportions « alarmantes » obligeant l’entreprise à dévier d’importants tronçons de canalisations et d’engager de vastes programmes de réhabilitation de ses ouvrages de transport d’hydrocarbures pour minimiser les risques sur les populations riveraines, selon la filiale de Sonatrach chargée du transport par canalisations (TRC).
Cette dernière évalue à 530 le nombre d’empiètements recensés sur tout le réseau, et quatre sur les 19 wilayas touchés (M’Sila, Mascara, Bejaia et Batna) concentrent à elles seules 70% de ces empiètements.
M. Meziane a indiqué que le programme de développement du réseau de canalisations d’hydrocarbures devrait porter sa longueur totale de 16.200 km actuellement à 21.500 km à l’horizon 2011. Le coût de l’opération est estimé à 6 milliards de dollars, selon le vice-président chargé de l’activité de transport par canalisation, M. Hocine Chekired.
Pour sa part, le ministre de l’Energie s’est félicité du fait que Sonatrach ait pris la décision de changer toutes les canalisations situées près des zones habitées en vue de limiter au maximum les risques d’accidents majeurs.

Sonatrach, a-t-il ajouté, envisage actuellement de dévier certaines canalisations sinon déplacer des populations, si cela s’avère nécessaire et après concertation avec les autorités locales en vue des indemnisations nécessaires.

Jusqu’ici Sonatrach, a fait savoir le ministre, a dévié des canalisations -à sa charge- dans tous les cas d’empiètement qui se sont produits sur des périmètres de sauvegarde de gazoducs.
Sur ce point, M. Chekired a indiqué que Sonatrach était en train d’évaluer l’impact financier de l’alternative de déplacer d’importantes constructions (écoles, entreprises, usines) érigées sur une soixantaine de périmètres de protection de ces pipelines, en ajoutant que Sonatrach n’est pas en mesure de prendre en charge toutes ces délocalisations.

Pour le cas de Baraki (infiltration d’hydrocarbures dans les canalisations d’eau en 2002), le responsable a affirmé que la fuite a été réparée après que les canalisations du tronçon reliant Beni Mansour (Bejaia) à la raffinerie d’Alger eurent été remplacées en 2006.
Le traitement des constructions érigées au-dessus des canalisations dans cette localité proche d’Alger, « sera examiné de concert avec les parties concernées », a-t-il ajouté.
Les travaux de la conférence seront sanctionnés par l’élaboration d’une feuille de route destinée à prendre en charge efficacement ce phénomène dont le cas le plus emblématique reste la délocalisation en cours de la ville pétrolière de Hassi Messaoud.

 

Source : http://www.entv.dz/fr/Actualites/index.php?voir=2336

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :